mardi 29 septembre 2015

Loin des yeux

Loin du coeur ? Certainement pas.

Quand on décide de s'expatrier, on s'éloigne forcément de notre famille, nos amis. Plus ou moins loin, avec plus ou moins de décalage horaire, et de différences culturelles. Et on le vit plus ou moins bien. Cela fait partie du choix, le package est "all inclusive", pas besoin d'aller dans les Caraïbes pour ça.



A plusieurs reprises, je me suis retrouvée à discuter avec des femmes expat.
Il peut s'agir de cette française expat depuis 24 ans en Ontario, de cette jeune maman albanaise de 3 enfants qui vit à Toronto depuis 10 ans, toutes deux assises dans le fauteuil d'à côté, dans l'avion. L'une à l'aller, l'autre au retour. Il s'agit aussi de cette ancienne collègue dont j'ai pris des nouvelles et qui a suivi son époux en Suisse, de mon amie japonaise qui évoque un futur déménagement en France. De toutes ces femmes internationales aux parcours passionnants.

Nous avons toutes une inquiétude en commun : l'éloignement. 

Nous ne serons pas là aux fiançailles, nous ne pourrons pas assister à tous les mariages, les naissances, les baby showers, nous ne pourrons pas passer de journées mère-fille quand cela nous chante, nous ne serons pas là aux anniversaires surprise, aux repas entre amis. Nous rentrerons le plus souvent à Noël, pour un séjour au pas de course, et aux importants évènements familiaux, nous suivrons de loin tout ça, à coup de photos, de messages et de participations aux cagnottes communes. Nous ne serons pas là. Et la vie continuera, de loin, comme un film au cinéma dont le scénario est incertain, incontrôlable.


Nous sommes conscientes de la chance que nous avons, dans la plupart des cas, et nous avons fait ce choix, avec notre époux, conjoint, fiancé, car nous le voulions. Il n'empêche que la principale difficulté demeure la gestion émotionnelle et pratique de cette distance. Pas facile tous les jours.

Je me souviens, aux prémices de notre projet, quand j'annonçais un futur départ au Canada, avoir eu plusieurs fois la même question "et tes parents ils en pensent quoi ? Parce que moi j'aurais du mal à laisser partir ma fille"
Tout d'abord étonnée par cette question, la révoltée que je suis restait un peu bouche bée, incrédule. Puis les réponses, naturelles, ont commencé à fuser pour évoquer la simple réalité : "mes parents me soutiennent, ils sont heureux pour moi. Ils veulent mon bonheur et ce projet me rend heureuse". 
Bam dans ta face Negativator.

Et c'est vrai. Là encore, je me rends compte de la chance que j'ai, je suis soutenue, aimée et finalement, jamais vraiment seule. Grâce à eux. Ils ont facilité ce projet, ils m'ont aidée, écoutée, remotivée quand il le fallait. Depuis toujours, et ils continuent, de près comme de loin. En dépit du fait qu'ils me manquent un peu tous les jours, le mot qui me vient en tête quand je pense à mes parents est "merci". Ils font partie du package, indirectement. #meilleursparentsdumonde



Je ne compte plus le nombre de fois où j'ai entendu ces femmes, ces connaissances me répéter "oh mais ça doit être dur quand même, moi je ne pourrais pas vivre loin de ma famille, cela leur ferait trop de peine". Oui c'est difficile, et il ne faut pas oublier que ce choix, aussi temporaire soit-il, répond à un rêve de gosses, vivre à l'étranger, apprendre, s'enrichir pour rentrer partager tout cela avec les personnes qu'on aime

Et tout ceci est aussi applicable aux amis, les vrais. C'est dans ce genre de grands changements qu'ils se révèlent, et il y a de bonnes et quelques mauvaises surprises.

Car vivre à l'étranger, ce sont aussi des vacances à la maison, en famille ou entre amis, des visites en commun, des lieux touristiques ou du quotidien, des yeux écarquillés devant toutes ces nouvelles choses, des retrouvailles à l'aéroport, des larmes au niveau des départs, des souvenirs qui font peser la valise, des heures de Skype, des Whatsap au milieu de la nuit et des moments de bonheur aussi furtifs qu'intenses.

Et rien que pour ça, oui, ça vaut la peine.
Ecoutez vos rêves. 
Les gens qui vous aiment vraiment et qui vous soutiennent seront là, coûte que coûte.


10 commentaires:

  1. "Loin des yeux, loin du cœur, poème menteur car quelque soit la distance c'est toujours à vous que je pense". C'est mieux comme ça, hein ? Ça fait un peu "jeune et jolie" je te le concède. Mais c'est l'esprit ;-)

    RépondreSupprimer
  2. Loin des yuex, encore plus présent dans le coeur. Ce qu'on remarque aussi, c'est que du coup, nous sommes prés à rentrer pour les mariages des gens qu'on aime, on fait des heures de route parce que c'est l'occasion de se croiser entre 2 avions, on fait l'effort de contacter les gens parce que on pourrait peut-etre les croiser pendant quelques heures. Finalement, on voit plus certaines personnes que quand on vivait dans la meme région, parce qu'on crée les occasions de se retrouver, plutot que d'attendre qu'elles arrivent par magie!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est trop vrai, on fonce, et on saisit notre chance !

      Supprimer
  3. Loin des yeux, prêt du cœur. Tu as cette force, cette audace, et cette envie. Les clefs pour réussir. Mais ça, je crois, que c'est déjà le cas. Profite, comme disent les vieux !!!

    RépondreSupprimer
  4. J'ai hésité depuis le départ à me manifester, de la pudeur peut-être.
    Et si j'ai aimé, adoooré, apprécié chacun de tes articles, celui-ci m'a particulièrement touchée.
    Je me souviens d'il y a presque 20 ans, alors que tu m'appelais : " Maman, t'es làaaaa ? "
    je répondais à chaque fois sur le même ton : " non, elle n'est pas là...elle est partie au Canada manger du chocolat !". Je ne me doutais pas à l'époque qu'un jour c'est toi qui vivrait là-bas !
    Je confirme que ton bonheur est le nôtre où que tu sois et quoi que tu fasses.
    Bien que l'éloignement ne soit pas toujours facile, c'est une expérience qui est loin de mettre notre amour à l'épreuve. Elle le renforce et l'enrichit grâce à la réciprocité de nos échanges quotidiens et surtout surtout, grâce à ce que j'appellerai (pour faire court, tu me connais !) ton "Bouquet Coeur" ton amour, ton courage et ta vision passionnée du monde !
    Je t'aime

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Enfin tu commentes !! Je suis super heureuse de te lire Mamoune !!
      Merci beaucoup pour ces mots tellement beaux :)
      Tous les jours et pour toujours
      Je t'aime

      Supprimer
  5. J'adore ton article dans lequel je me retrouve complètement, merci :)

    RépondreSupprimer